Accès membre

DOCTORAT écologie des communautés (insectes, pastoralisme, Occitanie) H/F #110162


Date de parution : 15-05-2024

Annonceur UMR CEFE - UNIVERSITÉ PAUL-VALÉRY MONTPELLIER 3
Contrat Z-Autre
Secteur Recherche et environnement
Localisation Hérault
Fonction(s) Études / Projets / Développement
Formation Au moins BAC+5

Contexte du recrutement et définition de poste :

Sujet


Face aux changements climatiques et aux vagues de chaleur et de sécheresse qui les accompagnent, le sylvopastoralisme présente de nombreux avantages : il offre aux animaux un ombrage et une ressource fourragère complémentaire à la ressource herbacée, il peut aussi améliorer le bilan carbone des activités d’élevage, favoriser la biodiversité et, en réduisant les volumes de combustibles, réduire le risque d’incendie (Damianidis et al. 2021, Mosquera-Losada et al. 2012, Santiago-Freijanes 2021). C’est pour cette dernière raison qu’il est largement utilisé par les gestionnaires d’espaces naturels dans la région méditerranéenne française.


Mais le fonctionnement des écosystèmes forestiers pâturés nécessite d’être mieux compris. En effet, en Europe, et singulièrement en région méditerranéenne, le recyclage des matières fécales, nécessaire à l’entretien des parcours et à l’enfouissement du carbone, est très majoritairement assuré par des insectes, les coléoptères coprophages (Scarabaeidae et Geotrupidae), qui recherchent des conditions de pleine lumière (Errouissi & Jay-Robert, 2019). D’un autre côté, dans cette même région, on a pu montrer que la présence d’importantes surfaces forestières était favorable à l’abondance et à la diversité des communautés de ces insectes dans les milieux ouverts (Leandro et al., 2023) sans avoir encore pu expliquer ce qui fonde cet effet. Par ailleurs, l’effet de la structure de l’habitat sur le rythme d’activité des insectes n’a pas non plus été encore étudié, or c’est un facteur essentiel à prendre en considération dans le contexte actuel de changement climatique (Cuesta et al. 2021).

Dans un contexte où le pastoralisme ancestral a créé une importante diversité de milieux thermoxérophiles, le département de l’Hérault (Occitanie) dispose de nombreux Espaces Naturels Sensibles composés de mosaïques d’habitats herbacés et forestiers où est maintenu un pâturage extensif sur parcours. Ce département du sud de la France abrite par ailleurs une grande diversité d’insectes coprophages (environ 120 des quelque 160 espèces que compte la faune de France métropolitaine). Il offre donc un cadre idéal pour mieux comprendre l’effet de la couverture arborée sur le fonctionnement de ces communautés d’insectes et sur le cycle de la matière, mais aussi pour caractériser les possibles relations d’interdépendances écologiques entre ces deux types d’habitats.

Si les investigations porteront d’abord sur les communautés de Scarabaeidae et Geotrupidae, classiquement utilisées comme indicateurs d’activité pastorale dans des milieux ouverts (Solascasas et al., 2022), d’autres groupes d’arthropodes associés au fonctionnement du sol (poly-saprophages et prédateurs) pourront également être pris en compte en fonction de l’appétence du candidat et de ses compétences naturalistes.


Le projet de recherche sera conduit au Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive, sous la codirection de Pierre Jay-Robert (équipe ESA) et Camila Leandro (équipe TBI), en collaboration avec les services du Conseil Départemental de l’Hérault.


Modalités
Le financement est conditionné à la réussite du concours de l’école doctorale 60 de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Les candidats doivent avoir eu au minimum 14/20 à leur mémoire de recherche de Master 2.
Le ou la candidat·e sera accompagné·e dans la préparation du concours (co-rédaction du projet scientifique et préparation de l’audition prévue début juillet). La sélection préalable pour le concours sera réalisée par l’équipe d’accueil. Pour candidater, merci d’envoyer, avant le 24 mai 2024, votre CV et une lettre de motivation à pierre.jay-robert@univ-montp3.fr et camila.leandro@cefe.cnrs.fr

Références
Cuesta, E. et al. (2021), Between locality variations in the seasonal patterns of dung beetles: the role of phenology in mitigating global warming effects. Ecol Entomol, 46: 592-600. https://doi.org/10.1111/een.13005
Damianidis, C. et al. Agroforestry as a sustainable land use option to reduce wildfires risk in European Mediterranean areas. Agroforest Syst 95, 919–929 (2021). https://doi.org/10.1007/s10457-020-00482-w
Errouissi, F. & Jay-Robert, P. (2019) Consequences of habitat change in euromediterranean landscapes on the composition and diversity of dung beetle assemblages (Coleoptera, Scarabaeoidea). J Insect Conserv 23, 15–28. https://doi.org/10.1007/s10841-018-0110-8
Leandro, C. et al. (2023) Dung beetle community patterns in Western Europe: responses of Scarabaeinae to landscape and environmental filtering. Landsc Ecol 38, 2323–2338. https://doi.org/10.1007/s10980-023-01711-0
Mosquera-Losada, M.R. et al. (2012) Past, Present and Future of Agroforestry Systems in Europe. In: Nair, P., Garrity, D. (eds) Agroforestry – The Future of Global Land Use. Advances in Agroforestry, vol 9. Springer, Dordrecht. https://doi.org/10.1007/978-94-007-4676-3_16
Santiago-Freijanes et al. (2021) Global and European policies to foster agricultural sustainability: agroforestry. Agroforest Syst 95, 775–790. https://doi.org/10.1007/s10457-018-0215-9
Solascasas P et al. (2022) Edaphic arthropods as indicators of the ecological condition of temperate grassland ecosystems: A systematic review. Ecological Indicators, Volume 142, https://doi.org/10.1016/j.ecolind.2022.109277

Profil recherché :

Le ou la candidat·e devra avoir un master 2 en écologie (ou sciences assimilées, ie école d'ingénieur) et disposer de compétences :
– en traitement de données via R ;
– naturalistes (avec un intérêt particulier pour l’écologie des insectes) ;
– linguistiques de niveau B1 ou supérieur en anglais.
Un intérêt pour les sciences de la conservation, l’écologie du paysage et les problématiques agricoles est attendu. Le ou la doctorant·e devra pouvoir travailler en équipe et en interaction avec les acteurs de la conservation et du pastoralisme sur le territoire. Par ailleurs, iel pourra s’investir dans le groupe d’experts IUCN sur les coléoptères coprophages.