Accès membre

STAGE Valorisation agronomique et agrotouristique des cocoteraies des îles du Salut H/F #92243


Date de parution : 09-12-2022

Annonceur OFFICE FRANÇAIS DE LA BIODIVERSITÉ
Contrat Stage
Secteur Agriculture biologique / Agro-environnement
Localisation DOM-TOM
Fonction(s) Études / Projets / Développement
Formation -

Contexte du recrutement et définition de poste :

Durée et condition :

Stage de 6 mois à pourvoir pour l’obtention d’un master ou d’un diplôme d’ingénieur (Bac +5)

Lieu du stage : Kourou, Guyane française. – déplacements à prévoir à Cayenne et sur les îles du Salut. Le stagiaire pourra potentiellement être amené à réaliser de courts séjours sur les îles du Salut.

Date de début : février ou mars 2023

Positionnement : Stage conventionné, sous l’autorité du chargé de mission « économie et biodiversité » référent pour les filières agricoles (Service Mobilisation et accompagnement des entreprises et des territoires de l'OFB)

Gratification : Gratification légale en vigueur de l’ordre de 3,90 €/heure, à raison de 7h/jour et 35h/semaine.
Prise en charge du billet d’avion A/R entre l’hexagone et la Guyane.

 

CONTEXTE :

L’Office français de la biodiversité (OFB) est né le 1er janvier 2020. Ce nouvel établissement public, placé sous la tutelle des ministres chargés de l’environnement et de l’agriculture, a été créé pour protéger et restaurer la biodiversité. Il intègre les missions, les périmètres d’intervention et les 2 800 agents de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Il contribue, s'agissant des milieux terrestres, aquatiques et marins, à la surveillance, la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité ainsi qu'à la gestion équilibrée et durable de l'eau en coordination avec la politique nationale de lutte contre le réchauffement climatique (loi n°2019-773 du 24 juillet).

Au sein de la Direction des Acteurs (DAC), le service « Service Mobilisation et accompagnement des entreprises et des territoires » assure l’appui stratégique et financier aux acteurs socio-économiques (entreprises, associations, etc.) qui souhaitent contribuer à la préservation et à la restauration de la biodiversité. Il accompagne certains secteurs d’activités pour que leurs acteurs s’engagent dans la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) et il monte des partenariats stratégiques bilatéraux ou multilatéraux avec certains acteurs, sur des sujets prioritaires.
Dans le cadre de ces activités, l’OFB a créé une équipe d’« ingénierie de projets économie et biodiversité » en charge de l’identification, du soutien et de la valorisation de projets basés sur la valorisation économique de la biodiversité, tout en préservant les écosystèmes qui rendent cette valorisation possible. Cette équipe de quatre agents, basée à Cayenne (Guyane française), a la charge de démontrer par l’exemple qu’un développement économique favorable à la biodiversité est possible, de manière très concrète. Elle travaille à l’échelle de l’ensemble du territoire national, hexagone et outre-mer.

Les îles du Salut sont situées à quatorze kilomètres au large de Kourou. En grande partie propriété du CNES (Centre National d’Etudes Spatiales), ces îles constituent un site historique d’importance (vestige du bagne) et le premier site touristique de Guyane. Ainsi, depuis 1999, l’association Agamis – qui regroupe le CNES, le Conservatoire du littoral, la municipalité de Cayenne -, l’OTCL, la CCDS et la CTG se charge de mettre en valeur le patrimoine des îles. Cette valorisation doit être compatible avec les enjeux stratégiques et sécuritaires du site (activité spatiale) mais aussi de préservation de son patrimoine architectural (monuments classés) et environnemental.

Plantées au temps de l’activité pénitentiaire pour produire du combustible, les cocoteraies font aujourd’hui l’objet d’un entretien coûteux et ne sont plus valorisées depuis que le CNES en est propriétaire (1971). 

Les acteurs impliqués dans la gestion du site souhaitent aujourd’hui améliorer la gestion et l’entretien de ces cocoteraies, en permettant leur valorisation sur le plan économique. Le projet de valorisation vise plusieurs objectifs :

  • Passer d’une logique d’entretien (couteuse) de la cocoteraie à une logique d’exploitation raisonnée respectueuse de la biodiversité présente : entretien des cocotiers et des espaces naturels associés, récolte des fruits.
  • Exploiter et transformer in situ les produits et co-produits de cocotiers : noix de coco fraîches à boire, huile et lait de coco, sorbet, artisanat à partir de la coque, valorisation des bourres de coco, voire mise en valeur des déchets organiques par bio-méthanisation.
  • Proposer ces produits aux visiteurs des îles.
  • La valorisation agro et écotouristique pourrait également être envisagé : mise en place d’itinéraires de découverte de la cocoteraie, ouverture à terme d’une « maison de la coco » etc.

Un porteur de projet a d’ores-et-déjà été identifié, lequel va débuter prochainement des tests de production d’huile de coco sur le site.

MISSION :

Le travail de stage doit permettre d’accéder à une meilleure connaissance du potentiel productif de la cocoteraie, ainsi que des possibilités de valorisation. Il sera mené en étroite collaboration et les parties prenantes ainsi que le ou les porteurs de projets économiques qui seront autorisés à réaliser les premiers tests de transformation.  

A cette fin, un comité de suivi de stage sera constitué pour accompagner le stagiaire dans son travail. Les activités décrites ci-dessus seront donc à discuter et affiner en début de stage.

Sur le volet entretien, exploitation et récolte :

  • Sur la base de la bibliographie disponible et de relevés complémentaires de terrain, réaliser un état des lieux de la cocoteraie et de son exploitation : état de la cocoteraie (densité, nuisibles, maladies), évaluation du potentiel productif actuel, caractérisation des contraintes propres au site (accueil du public, contraintes logistiques, préservation de l’écosystème insulaire, préservation des vestiges du bagne etc.) ;
  • Identifier et évaluer le potentiel productif des autres végétaux présents ;
  • Sur la base de cet état des lieux, proposer un plan de gestion et d’exploitation visant à optimiser le potentiel productif de la cocoteraie, tout en tenant compte des différentes contraintes du site.

Sur le volet valorisation et production :

  • Au vu des résultats de l’évaluation du rendement, définir en lien avec le comité de suivi du projet, quel type de valorisation sera à privilégier. La production d’huile de coco semble intéressante, mais d’autres produits pourraient être développés ;
  • Participer à la réflexion sur l’opportunité de mettre en place un atelier de transformation sur site ;
  • Élaborer différents scénarii de production en détaillant les avantages et inconvénients.

CANDIDATURE :

Candidature à adresser par courriel à antonin.hubert@ofb.gouv.fr, en joignant Lettre de motivation et CV.

Date limite de dépôt des candidatures : 01/01/2023

Profil recherché :

Stage de 6 mois à pourvoir pour l’obtention d’un master ou d’un diplôme d’ingénieur (Bac +5).

Connaissances :

  • Connaissances en agronomie tropicale
  • Connaissance de base sur le fonctionnement d’une filière de production végétale
  • Principaux enjeux sur la biodiversité des Outre-mer

Savoir-faire opérationnel :

  • Etablir et mettre en œuvre un plan d’échantillonnage
  • Etude de filière
  • Communiquer à l’écrit et à l’oral de manière claire et percutante
  • Savoir synthétiser
  • Capacité d’initiatives : proposer des solutions

Savoir-être professionnel :

  • Organisé et polyvalent 
  • Créatif/innovant
  • Rigueur dans l’exécution des tâches
  • Aisance relationnelle 

Permis B nécessaire.