Accès membre

STAGE Valorisation de 25 ans de suivi de l'avifaune et des paysages dans une zone bocagère de l' #71480


Date de parution : 15-02-2021

Annonceur CPIE SÈVRE ET BOCAGE
Contrat Stage
Secteur Biodiversité / Services écologiques
Localisation Vendée
Fonction(s) Études / Projets / Développement

Contexte du recrutement et définition de poste :

Contexte

Entre les années 1990 et 2010, le Haut Bocage Vendéen a constitué un territoire d’étude privilégié pour le suivi de populations d’oiseaux en contexte bocager par le CNERA Avifaune Migratrice de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage basé à Chizé. En partenariat avec les acteurs de ce territoire (CPIE Sèvre et Bocage, chasseurs, agriculteurs…), cette zone géographique a été le support de nombreuses études (AUBINEAU & BOUTIN., 1998[1] ; BOUTIN 2001[2]…). La production de données issues de ce territoire a permis de préciser le statut de conservation en contexte bocager des taxons suivis (BOUTIN, 2007[3]).

Ainsi, à partir de 1995, 17 quadrats d’environ 100 ha ont fait l’objet d’une description fine du territoire et des populations d’oiseaux associées, dont :

  • Une caractérisation selon 9 critères du maillage bocager
  • Un état des lieux de l’occupation du sol.
  • Une évaluation des effectifs d’oiseaux nicheurs : essentiellement les espèces suivies dans le cadre du réseau ACT (Alaudidés, Colombidés Turdidés) ainsi que quelques espèces emblématiques comme le Loriot d’Europe (Oriolus oriolus), la Huppe fasciée (Upupa epops) ou l’Œdicnème criard (Burhinus oedicnemus).

Ces suivis ont été réalisés annuellement entre 1995 et 2000 par l’ONCFS,  entre 2005 et 2008 par l’ONCFS, l’INRA et le CPIE, et enfin en 2015 et 2020 par le CPIE selon le même protocole.

En 2016, le CPIE a initié une réflexion pour la valorisation scientifique et pédagogique de ces données spatiales et temporelles de ce site atelier du Haut Bocage Vendéen, avec une équipe de recherche en écologie du paysage.

Une base de données a ainsi pu être constituée en 2017 et 2018 sous SIG, et des analyses exploratoires ont été conduites sur les 20 ans de suivi.  Les tendances suivent celles des réseaux de suivis nationaux (ACT, STOC), mais se caractérisent par des trajectoires différentes en fonction des quadrats, en lien avec l’évolution du bocage.

Fort des premiers résultats de ce suivi à long terme, les partenaires ont souhaité renouveler leur partenariat pour le traitement des données recueillies en 2020 par le CPIE et la valorisation scientifique des résultats de l’ensemble du suivi, avec une mise en perspective régionale.

 

Cadre de l’étude / objet du stage

L’objectif sera d’analyser finement l’évolution temporelle des variables bocagères pour les mettre en lien avec les dynamiques des populations d’oiseaux pour une valorisation pédagogique et scientifique.

Pour ce faire, le stagiaire H/F aura pour mission :

  • de numériser l’évolution des linéaires de haies de chaque quadrat à partir des photos aériennes historiques et comparer les évolutions aux relevés mesurés par cette étude ainsi qu’au regard de la bibliographie
  • de formuler des hypothèses en vue du traitement de l’information sur la corrélation entre les variables milieux et la distribution des espèces dans le temps et l’espace
  • d’analyser l’évolution des variables bocagères mesurées sur les quadrats entre 1995 et 2020 (linéaires de haies, connectivité, taille des parcelles, assolement, densité bocagère, typologie des haies…)
  • d’analyser l’évolution de 10 taxons d’oiseaux entre 1995 et 2020 et de comparer l’évolution locale aux données du programme ACT national et du programme STOC national et régional
  • de produire une synthèse pédagogique et illustrée (cartographie) des analyses réalisées en 10 pages maximum
  • de resituer ces résultats dans un contexte régional voire national de l’évolution du bocage.

 

[1] AUBINEAU J. & BOUTIN J.M. (1998) - L’impact des modalités de gestion du maillage bocager sur les colombidés nicheurs dans l’ouest de la France. Gibier Faune Sauvage, Game Wildl. Science, Vol 15, (Hors série Tome 1), pp. 55-63

[2] BOUTIN, J.M. (2001) – Elements for a Turtle Dove (Streptopelia turtur) management plan. Game and Wildlife Science,18 : 87-112.

[3] BOUTIN, J.M. (2007) – Management plan for Turtle dove 2007-2009 – Directive 79/409 on the conservation of wild birds. European Community. Luxembourg. 40 p.

 

 

Rattachement administratif et co-encadrement

Le ou la stagiaire sera rattaché·e au CPIE Sèvre et Bocage – Maison de la Vie Rurale – La Flocellière – 85700 SEVREMONT, qui sera la structure signataire de la convention entre l’université, le ou la stagiaire et la structure d’accueil.

Le ou la stagiaire sera co-encadré·e par un collectif impliqué dans le projet :

  • Laurent DESNOUHES – directeur du CPIE (responsable référent de la mission), Pierre-Yves MARQUIS – Chargé d’études
  • Joséphine PITHON, Guillaume PAIN et Véronique BEAUJOUAN– enseignants-chercheurs en écologie et géomatique dans l’Unité Mixte de Recherche BAGAP (Biodiversité, Agroécologie et Aménagement des Paysages).
  • Sophie MORIN, Sylvain HAIE (pôle bocage de l’OFB)

 

Conditions d’accueil

Le ou la stagiaire sera basé·e au CPIE Sèvre et Bocage – Maison de la Vie Rurale – La Flocellière - 85700 Sèvremont.

Des déplacements sont à prévoir dans le cadre du stage auprès des co-encadrants.

La durée du stage est de 4 à 6 mois, à partir d’avril.

Indemnité de stage prévue (environ 580 €/mois).

Hébergement : Le CPIE propose une solution d’hébergement à ces services civiques et stagiaires en co-location (chambres privatives, logement restauré en 2020 en matériaux biosourcés) pour 150 €/mois (+ charges).

 

Comment postuler ?

Envoyer un CV et une lettre de motivation par mail à Laurent DESNOUHES (contact@cpie-sevre-bocage.com) avec la référence « STAGE_BOCAGE » avant le 28 février 2020.

Profil recherché :

Profil du stagiaire H/F

  • Niveau Master ou Ingénieur en écologie ou environnement
  • Intérêt pour l’écologie du paysage et l’étude des dynamiques anthropiques des territoires ruraux. Des connaissances en ornithologie seraient un plus.
  • Bonne capacité d’analyse (connaissance statistique avérée et utilisation de logiciels dédiés)
  • Connaissance de l’outil SIG et bonne maîtrise de QGIS
  • Bonne capacité rédactionnelle / rigueur scientifique
  • Bon niveau en anglais (surtout lu, écrit)
  • Permis B