Accès membre

Impact du changement climatique sur la politique de gestion quantitative du bassin Adour-Garonne #65978


Date de parution : 03-07-2020

Annonceur DREAL OCCITANIE
Contrat Apprentissage
Secteur Développement durable
Localisation Haute-Garonne
Fonction(s) Études / Projets / Développement

Contexte du recrutement et définition de poste :

Recherche d’un contrat d’alternance- septembre 2020

 

Intitulé : Impact du changement climatique sur la politique de gestion quantitative du bassin Adour-Garonne

Structure d'accueil : DREAL (Direction Régionale de l'Environnement, de l’Aménagement et du Logement) Occitanie à Toulouse – Site de Toulouse, Direction Ecologie

La DREAL est un service déconcentré du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. La Direction de l’Ecologie au sein de la DREAL Occitanie porte les politiques de l’Eau et de la Biodiversité. Elle comporte 80 agents répartis entre Montpellier, Toulouse et Perpignan. Au sein de la Direction de l’Ecologie, l’équipe (10 personnes) de la Délégation de Bassin Adour-Garonne appuie le Préfet Coordonnateur de Bassin pour le pilotage de la politique de l’eau à l’échelle du bassin Adour-Garonne dont le territoire couvre tout ou partie de 26 départements.

Contexte :

Le bassin Adour-Garonne est particulièrement affecté par la récurrence des crises « sécheresse ». En période estivale, les prélèvements peuvent s’avérer trop importants par rapport aux ressources disponibles, accentuant les déficits hydriques qui existent naturellement. De nombreuses mesures de restrictions de prélèvement, voire d’interdiction, sont ainsi prises chaque année par l’État durant la période d’étiage. Ces situations pénalisent l’atteinte du bon état des masses d’eau exigée par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) et traduite dans le Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) 2016-2021. Une politique de gestion structurelle de restauration de l’équilibre quantitatif de la ressource en eau est engagée.

La loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 30 décembre 2006 institue une gestion collective, en donnant une autorisation unique pluriannuelle de prélèvement (AUP) à un organisme unique de gestion collective (OUGC) pour le compte de l’ensemble des préleveurs agricoles d’un périmètre hydrologiquement cohérent. Elle prévoit également d’agir sur la demande en fixant, en particulier pour l’irrigation, un volume maximum prélevable compatible avec les objectifs de qualité et de quantité du SDAGE. Ces deux points constituent la réforme des volumes prélevables. Les AUP ont été délivrées sur l’ensemble de la Zone de Répartition des Eaux du bassin Adour-Garonne entre 2015 et 2017.

Par ailleurs, un cadre de plan d’action pour assurer une gestion équilibrée de la ressource en eau a été voté en comité de bassin en février 2017. Il fixe les échéances (2021, 2024 ou 2027) pour l’atteinte de la gestion équilibrée des cours d’eau et de leur nappe d’accompagnement pour chacun des périmètres en déséquilibre identifiés dans le SDAGE 2016-2021. Il désigne également les principaux leviers qu’il est pertinent de mobiliser en fonction des échéances fixées : économies d’eau, évolution des assolements agricoles, meilleure mobilisation des retenues existantes, création de nouvelles retenues. Il est prévu qu’un plan d’action pour chaque périmètre élémentaire en déséquilibre soit élaboré. Sur les territoires en plus fort déséquilibre, ces plans d’action reposent essentiellement sur la mise en place de projets de territoire pour la gestion de l’eau – PTGE (nouvelle instruction du 7 mai 2019). Suite aux assises de l’eau en 2019, un objectif ambitieux de PTGE a été fixé au niveau national (Élaborer une cinquantaine de PTGE d’ici 2022, puis atteindre 100 projets à horizon 2027). Un travail d’identification et d’accompagnement des porteurs de ces démarches de co-construction doit être mené afin d’aboutir à des solutions partagées localement pour résorber le déficit quantitatif.

Enfin, un plan d’adaptation au changement climatique a été voté en comité de bassin en 2018, il est en train d’être intégré dans le futur SDAGE 2022-2027 et il demande notamment de revoir le niveau d’ambition des débits objectif d’étiage au vu de l’impact du changement climatique sur l’hydrologie.

Un bilan de la réforme des volumes prélevables sur la période 2016-2018 vient d’être réalisé par les services de l’État en lien avec les OUGC. Ce bilan porte notamment sur la mise en œuvre et le fonctionnement des OUGC, les mesures d’acquisition de connaissance, de gestion de la ressource et les actions d’économies d’eau mise en place sur les territoires des OUGC, la création de réserves et l’analyse des volumes prélevés et le suivi des débits au regard des débits objectifs d’étiage (DOE).

Le renouvellement des AUP qui arrivent à échéance en 2022 doit désormais être engagé en s’appuyant sur ce bilan de la réforme des volumes prélevables. Suite à différents contentieux, des travaux juridiques sont en cours pour préciser les notions de volumes prélevables. Ces travaux sont susceptibles d’engager la révision des volumes prélevables (eau de surface et eaux souterraine) sur les bassins en déséquilibre quantitatifs.

Objectifs du contrat d’alternance:

Il est attendu du contrat d’alternance d’assurer le rôle d’intégrateur des impacts du changement climatique sur les différentes démarches de gestion quantitative portées par la délégation de bassin Adour-Garonne : renouvellement des AUP, définition des volumes prélevable en eau de surface, et en eau souterraine, relation nappes/rivières, accompagnement des PTGE et prise en compte de l’impact du changement climatique dans le diagnostic et les leviers d’action, impact du changement climatique sur les débits de références, …

Taches attendues :

- un travail bibliographique sur la politique de gestion quantitative sur le bassin Adour-Garonne

- un travail bibliographique sur l’impact du changement climatique sur la ressource et les activités agricoles notamment

- une veille méthodologique et réglementaire sur les méthodologies de définition des volumes prélevables eaux de surface et eaux souterraines et un suivi des études volumes prélevables

- un appui au recensement et à l’accompagnement des démarches de PTGE, notamment aux modalités de prise en compte du changement climatique dans l’état de lieux et le plan d’actions

- un appui à la détermination de la méthodologie de prise en compte du changement climatique pour redéfinir les DOE du bassin Adour-Garonne

En fonction du calendrier d’avancement des différents projets, l’apprenti.e pourra se consacrer préférentiellement à l’un de ces sujets.

 

Observations :

Supports et moyens de travail informatique mis à disposition par la DREAL.

Travail partenarial avec les DDT(m), la DRAAF, l’agence de l’eau et les autres partenaires de la gestion de l’eau.

Durée de l’alternance: 3 ans

 

Date indicative de début de l’alternance : septembre 2020

 

Sélection des candidats :

Sur CV et lettre de motivation reçus au plus tard le 21 août 2020. Les candidatures seront transmises exclusivement par mail à l’adresse indiquée ci-dessous.

Choix parmi les CV et convocation pour un entretien (visio ou en présentiel selon les modalités possibles) d’ici début septembre 2020.

 

Contact à la DREAL Occitanie :

Rachel PUECHBERTY

rachel.puechberty@developpement-durable.gouv.fr

05 62 30 26 38

Profil recherché :

Aptitudes de l’apprenti.e :

Connaissances dans le domaine de la gestion de l’eau : hydrologie, hydrogéologie, connaissances réglementaires (loi sur l’eau, directive cadre sur l’eau)

Capacité d’analyse et de synthèse

Bonne pratique des bases de données et des outils cartographiques (Qgis)

Connaissances en programmation (VBA…) appréciées.

Disponibilité, motivation, aptitude à travailler en équipe, respect des délais.

 

Profil recherché :

écoles d’ingénieur ou cursus universitaire : sciences de l’eau et/ou agronomie (hydrologie, hydrogéologie)