Accès membre

STAGE Développement méthode d’évaluation des impacts à la biodiversité H/F #60802


Date de parution : 19-11-2019

Annonceur CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU BAS-RHIN
Contrat Stage
Secteur Biodiversité / Services écologiques
Localisation Grand-Est
Fonction(s) Études / Projets / Développement

Contexte du recrutement et définition de poste :

Contexte

La législation impose la réalisation d’études d’impacts aux maîtres d’ouvrages afin d’évaluer les atteintes à l’environnement. Ces études sont structurées autour de la doctrine éviter-réduire-compenser et deviennent de plus en plus complètes mais aussi complexes. En particulier, les dossiers « espèces » sont des études d’impacts s’intéressant aux espèces protégées et permettent, après avis des commissions scientifiques (CNPN et CSRPN), l’octroi de dérogations pour la destruction/perturbation d’espèces protégées. Cet octroi n’est pas anodin car il touche des espèces dont l’état de conservation est déjà fragile et il est alors d’autant plus important de constituer une étude d’impact la plus vraisemblable afin de ne pas minimiser les dommages aux espèces. Exercice difficile car les études se basent sur des inventaires naturalistes, par définition non exhaustifs.

Un axe du programme de recherche en écologie de la route CERISE auquel le Département du Bas-Rhin participe, est l’élaboration d’une méthode d’évaluation des impacts. Celle-ci se veut la plus objective possible tout en limitant les biais dus aux inventaires naturalistes. Si la méthode actuelle s’adosse pleinement sur les grands principes de la biologie de la conservation, pour être la plus complète possible, la méthode doit aussi intégrer les spécificités des projets. Une route n’induit pas les mêmes impacts qu’un projet éolien. Il est ainsi nécessaire de bien connaître l’état de l’art inhérent aux différents types de projets. Mais en parallèle, il est aussi essentiel de connaître les spécificités des espèces. Deux espèces d’amphibien peuvent réagir très différemment aux effets de la fragmentation par exemple.

 

Travail attendu

Le candidat retenu H/F sera moteur du développement de la méthode qui se veut à terme devenir référence nationale.

Le stage sera structuré en 3 étapes :

  • Il démarrera par une importante étape bibliograhique afin d’identifier les méthodes existantes au niveau internationnal, qui aboutira sur des propositions de développement de la méthode actuelle ;
  • Ensuite, le candidat H/F intégrera à la fois les spécificités des projets et des espèces afin de créer une méthode la plus complète et fonctionnelle possible ;
  • Enfin, la méthode sera testée sur différents projets afin de pouvoir livrer un outil le plus fonctionnel possible en fin de stage.

En parallèle de cette mission principale et afin de permettre une formation professionnelle la plus complête possible durant le stage, le candidat retenu H/F participera à d’autres projets du Département :

  • Évaluation des impacts à liés à l’abattage d’arbres d’alignement ;
  • Campagne de sauvetage des amphibiens (structuration de la mission, analyse…) ;
  • Surveillance de terriers de blaireaux dans les talus routiers ;

Et bien d’autres afin d’obtenir une vision plus large des problématiques actuelles de conservation des espèces auxquelles sont confrontées les collectivités territoriales.

 

Cadre de travail

Le candidat retenu H/F sera intégré au sein de la Mission Réseaux et Infrastructures où il côtoiera au quotidien les agents des services routiers, ce qui lui permettra non simplement de bien appréhender les spécificités de l’écologie de la route par rapport aux autres domaines de l’écologie, mais aussi d’être directement au contact des personnes ayant des besoins en environnement. Plus précisement, il sera encadré par le chef de projet environnement de la Mission qui accompagnera l’étudiant au quotidien.

Les connaissances naturalistes généralistes et la gestion de projet qui seront acquises lors de ce stage préparent le candidat à un poste de chef de projet environnement (bureau d’étude, collectivité, privé…). Toutefois, ce stage peut être calibré pour les étudiants s’orientant vers un doctorat grâce à son approche de R&D. Le candidat retenu devra alors l’indiquer lors de son entretien afin de le former à la biostatistique et à la méthodologie scientifique nécessaires au bon déroulement d’un doctorat.

 

Durée et période souhaitées :

À partir de janvier 2020, pour une durée de 6 mois

Lieu :

Hôtel du Département à Strasbourg, place du Quartier Blanc

 

Spécificités du stage :

Le stagiaire H/F  ne sera pas livré à lui-même :-)

Maître de stage :

Dr. Jonathan JUMEAU, Chef de projet environnement.

Encadrement (critères IPHC ; Jonathan) :

- Nombre d’étudiants notés : 26

- Nombre d’étudiants ayant noté l’encadrant : 14

- Note moyenne des étudiants au rapport/soutenance : 15

- Nombre d’étudiants encadrés : 52

- Temps pour relire un manuscrit/rapport : Bon

- Participation à l'établissement des protocoles : Très Bon

- Aide dans l'analyse/l'interprétation des données : Très Bon

- Statistiques : Très Bon

- Participation effective dans la rédaction des manuscrits : Très Bon

- Temps pour répondre aux questionnements/mails de l'étudiant :Très Bon

- Clarté des explications : Très Bon

- Connaissances pratiques apportées à l'étudiant : Très Bon 

- Connaissances théoriques apportées à l'étudiant : Bon

- Sociabilité (ou facilité d'abord, amabilité, accessibilité) : Très Bon

Profil recherché :

Domaine souhaité et niveau de diplôme préparé

Stage de fin d’études M2 ou ingénieur.

Compétences recherchées :

Connaissances en écologie du paysage, de la route, biologie de la conservation, sciences naturalistes, conduite de projet, communication.