Accès membre

STAGE niveau M2 : Personnalité et écologie spatiale chez le mouflon méditerranéen H/F #60800


Date de parution : 19-11-2019

Annonceur ONCFS
Contrat Stage
Secteur Recherche et environnement
Localisation Auvergne-Rhône-Alpes
Fonction(s) Études / Projets / Développement

Contexte du recrutement et définition de poste :

Contexte :

Il est aujourd’hui bien identifié qu’une partie des différences de comportements observées dans une population animale ne relèvent pas uniquement d’une plasticité individuelle à la variabilité environnementale mais aussi de différences entre individus dans la manière de répondre à cette variabilité. On parle d’ailleurs de « personnalité » lorsque ces différences entre individus perdurent au cours du temps et quel que soit le contexte permettant de positionner les animaux le long de gradients comme celui qui oppose les animaux farouches aux téméraires. Ces différences de personnalité entre individus seraient importantes à la fois d’un point de vue écologique et évolutif ; par exemple pour expliquer les différentes tactiques qui existent dans une population face au risque de prédation (naturelle ou anthropique). Malgré ce constat, le rôle de la personnalité dans les stratégies individuelles est encore relativement mal connue. Pour exemple : si l’écologie spatiale est riche de nombreuses études sur les déterminants (internes/externes) de la variabilité inter-individuelle en termes de mouvement, elle ne fait encore que rarement appel à la personnalité des individus pour expliquer cette variabilité. De nombreux processus sont pourtant à même d’être personnalité-dépendant : préférences en termes d’habitat, utilisation de l’espace au sein de son domaine vital, dispersion natale, évitement du risque,... ; processus qui sont attendus générer à plus larges échelles une structuration spatiale/sociale des populations qui deviendrait alors aussi « personnalité dépendante ». C’est dans ce contexte général que nous avons choisi de placer ce travail avec pour étude de cas le mouflon méditerranéen.

 

Objectifs :

Si chez cette espèce plusieurs travaux en écologie spatiale ont été effectués grâce à la capture et au marquage >200 animaux (balise GPS), la personnalité des animaux n’a encore jamais pu être considérée dans les études faute de données.

Depuis 3 ans un protocole spécifique « personnalité » a donc été mis en place pour combler ce manque. Il s’agira dans un premier temps d’analyser ces données afin de caractériser certains traits de la personnalité des 195 mouflons qui ont fait l’objet de ces mesures. Dans un second temps, ces traits de personnalité seront croisés avec des données de localisations spatiales afin d’étudier à fine échelle la relation entre le mouvement/l’utilisation de l’habitat et la personnalité des animaux dans un contexte de paysage de la peur/du risque. L’analyse portera aussi à plus large échelle, afin d’identifier si les clusters de populations observés dans cette population peuvent s’expliquer par l’association préférentielle d’animaux qui partagent la même personnalité (ces résultats pourront aussi être interprétés au regard de la structuration génétique obtenue dans cette population). Cette partie spatiale sera au cœur du sujet de stage. Elle pourra être complétée par deux sous-parties qui tenteront de faire le lien entre personnalité et :

* « socialité » afin de déterminer si le positionnement des animaux au sein d’un réseau social est personnalité dépendante.

* « caractéristiques individuelles » afin de déterminer si des mesures de fitness (reproduction), des proxy de la qualité phénotypique (condition) ou un état sanitaire (parasitisme) peuvent aussi être personnalité dépendant.

 

Données disponibles :

227 fiches de comportement (sur 195 individus) ont été collectées en 3 ans (elles seront complétées au fil de l’eau par celles collectées au moment des captures qui débutent fin mars/début avril). Une partie (n = 20-30) des animaux suivis est équipée de collier GPS et tous les animaux sont aussi suivis par CMR (localisations spatiales, succès de reproduction et survie). A chaque capture des informations sur la condition des animaux sont prises (parasites internes, externes, masse corporelle, taille, etc...). Toutes les données sont informatisées à la fois dans une base de données ACCESS et pour les données spatiales dans une base de données PostgreSQL-PostGIS.

 

 

Structure d’accueil :

Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage – Direction de la Recherche et de l’Expertise – Unités Ongulés Sauvages en collaboration avec le laboratoire « Comportement et Ecologie de la Faune Sauvage » de l’INRA.

Encadrants et contacts :

Mathieu Garel (mathieu.garel@oncfs.gouv.fr – 0616099957)

et Marchand Pascal (pascal.marchand@oncfs.gouv.fr – 0760884093).

 

Conditions :

stage de 6 mois – niveau Master 2

localisation au choix : CNRS-LECA Le Bourget-du-Lac (73), ONCFS – Gières (34) ou ONCFS – Juvignac (34). Gratification : 577,50 €/mois.

 

Pour candidater :

merci d’adresser par mail un CV accompagné d’une lettre de motivation à mathieu.garel@oncfs.gouv.fr et pascal.marchand@oncfs.gouv.fr

Profil recherché :

Compétences requises :

niveau Master 2

niveau avancé en analyses statistiques et dans l’utilisation du logiciel R pour la manipulation d’objets spatiaux.